Jumelage
 


 

Rückblick auf

25 Jahre deutsch-französische Partnerschaft zwischen Auenwald und Beaurepaire
vom
Freitag, 28. bis Sonntag, 30. Juni 2013

Discours de M. Robert Antretter
Membre d'honneur de l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe
lors du 25ième anniversaire du jumelage d'Auenwald avec Beaurepaire
le samedi, 29 juin 2013 à la cour du château d'Ebersberg


Mesdames, Messieurs,

Aujourd'hui c'est un jour de l'amitié. Et moi, je suis venu pour remercier les citoyennes et citoyens d'Auenwald et de Beaurepaire pour un quart de siècle de travail de réconciliation.

Car c'est ce que vous aviez voulu dès la première journée : Cela devait être un jumelage entre les citoyennes et citoyens et pas un des officiels, des hommes de politique communale ou de l'administration.

Et l'œuvre est réussi. Ce n'est pas sans raison que le Conseil Européen a accordé le drapeau d'honneur à Auenwald. Presque le même jour précis, j'avais l'honneur de vous la transmettre, M. le maire Ostfalk, en reconnaissance officielle pour la contribution, la vôtre et celle de vos concitoyens, à une Europe de l'amitié et de la paix. Et vous avez continué cet œuvre jusqu'à aujourd'hui.

Un tel jour, nous avons aussi à diriger notre vue vers l'Europe total. Et nous avons à noter que les temps où les grands jours de fête ont lieu ne sont absolument pas normaux. Un demi-siècle d'intégration européenne est en jeu.

Et c'est vous, vos associations, vos élèves, vos sapeurs-pompiers, vos professeurs, les footballeurs et, bien sûr, les hommes de la politique communale et les maires qui, par votre partenariat transfrontalier maintenez vivante la foi à l'Europe unie ; la foi que ni la rapacité ni la spéculation auront le dernier mot, que l'Europe n'appartient pas à ceux qui se déclarent élites ni aux marchés.

Message et devoir de notre histoire commune s'énoncent : L'Europe appartient aux hommes qui croient en un avenir commun, libre de préjugés, de haine et de peur.

Cette leçon s'apprend le plus durablement si on traverse un cimetière de guerre européen. Je l'ai fait plus qu'une fois quand j'étais en route pour le Conseil de l'Europe - en France, en Pologne, en Biélorussie, dans les pays de l'ancienne Yougoslavie. Voilà les milliers de croix qui nous rappellent : L'Europe, c'est la réponse à des siècles de guerre et de guerres civiles, la réponse à plus de 60 millions de victimes, seulement dans la Deuxième Guerre mondiale. Cette génération connaissant l'abîme de laquelle naquit l'Europe. C'étaient eux qui se sont tendu la main à travers les tombeaux de millions d'assassinés, de torturés à mort et de tombés en guerre.

Tout cela, ce ne sont pas des pages d'un livre d'histoire. Ce sont les fondations, sur lesquelles nous nous trouvons. Ce sont les valeurs qui sont en jeu et qu'il s'agit à défendre dans ce temps difficile.

Cependant, quand je regarde le bilan de votre activité pendant ces 25 années, je n'ai pas peur, aussi car je sais que vous n'êtes pas seuls à maintenir vivante l'amitié en Allemagne et en France.

C'est pourquoi mes remerciements que j'ai l'honneur de transmettre également au nom du Conseil de l'Europe vient du plus profond de mon cœur. Les remerciements à tous ceux qui remplissent l'amitié entre Auenwald et Beaurepaire chaque jour de vie et qui, ainsi, apportent aussi leur contribution à l'amitié entre nos deux peuples.

Merci et gratulations aux citoyennes et citoyens des deux communes. Merci aux deux Messieurs les maires, à vous M. le maire Ostfalk, qui avez fait beaucoup pour le jumelage dès votre première journée de travail, qui vous l'avez fait votre affaire et avez motivé vos concitoyennes et concitoyens à réaliser les principes de l'Europe de rapprochement dans la vie pratique. Ce remerciement s'adresse également à M. le maire Mignot, et le remerciement s'adresse à la présidente du Comité de Jumelage, à vous chère Madame Rückert pour votre activité riche en idées, dynamique et sensible. Mais merci aussi aux maires de la fondation du jumelage, vous M. Richter et vous, M. Friedrich, pour la trace que vous aussi avez mise dans des temps pas faciles. Merci aussi aux collaboratrices et collaborateurs des deux administrations communales, qui font la leur la préoccupation européenne.
Ici, j'aimerais bien remercier vous, M. Waldemar Fuderer qui êtes passé en retraite de votre travail comme premier adjoint. Merci et reconnaissance pour votre engagement des années avec autant de succès que vous poursuivrez maintenant dans un engagement volontaire.
Sans vous, votre foi que paix et réconciliation sont possible, le traité du janvier 1963 que nous fêtons aussi aujourd'hui, serait resté lettre et encre comme tout ce qui fut formulé entre Allemands et Français depuis mille ans. Vous avez rempli les lettres avec vie pour que plus jamais du sang innocent n'abreuve la terre de nos deux pays.

Ehrung des Kameraden Frédéric Piot


in Auenwald am 29.06.2013
Sehr geehrte Damen und Herren,
die Feuerwehren zeichnen sich seit jeher dadurch aus in die Ferne bzw. über den
Tellerrand zu blicken.
In die Ferne blicken kann bedeuten Entwicklungen der Zukunft zu erkennen, oder
einfach auch nur Ländergrenzen verschwimmen zu lassen.
Heute habe ich das Vergnügen über Grenzen hinweg einen Kameraden zu ehren für den
die Zukunft der Feuerwehr ein zentrales Anliegen ist.
Er leistet als Jugendleiter eine der wertvollsten Aufgaben die es in der Feuerwehr gibt.
Diese Aufgabe bedeutet nichts Geringeres als den Fortbestand der Feuerwehren und
dadurch die Sicherheit der Menschen um uns herum zu gewährleisten.
Für dieses Engagement möchten wir Herrn Frédéric Piot mit der Ehrenmedaille der
Deutsche Feuerwehren in Silber ehren.


Cérémonie en honneur du camarade Frédéric Piot

à Auenwald, le 29 juin 2013

Mesdames et Messieurs,

Les corps des pompiers se distinguent depuis toujours par leur faculté de voir au loin, respectivement de voir plus loin que le bout de notre nez.
Regarder au loin, cela peut dire percevoir les développements de l'avenir, ou simplement, voir s'estomper les frontières des pays.
Aujourd'hui, j'ai la grande joie d'honorer à travers les frontières un camarade pour qui l'avenir des sapeurs-pompiers est une affaire de cœur.
En chef des jeunes sapeurs-pompiers, il accomplit une des tâches les plus précieuses qu'il y a chez les pompiers.
Cette tâche ne signifie pas moins que d'assurer la pérennité des corps de sapeurs-pompiers et, par cela, d'assurer la sécurité des hommes autour de nous.

C'est pour cet engagement que nous avons la joie d'honorer M. Frédéric Piot par la Médaille d'honneur des pompiers allemands en bronze.

Gemeimsamer öäkumenischer Gottesdienst am 30. Juni in der Auenwaldhalle

Predigttext
Hören wir auf den Predigttext, der uns für den heutigen Tag gegeben ist, er stammt aus dem 2. Kaptitel des Epheserbriefes wir hören die Verse 1-10:

Epheser 2,1-10
1 Auch ihr wart tot durch eure Übertretungen und Sünden,
2 in denen ihr früher gelebt habt nach der Art dieser Welt, unter dem Mächtigen, der in der Luft herrscht, nämlich dem Geist, der zu dieser Zeit am Werk ist in den Kindern des Ungehorsams.
3 Unter ihnen haben auch wir alle einst unser Leben geführt in den Begierden unsres Fleisches und taten den Willen des Fleisches und der Sinne und waren Kinder des Zorns von Natur wie auch die andern.
4 Aber Gott, der reich ist an Barmherzigkeit, hat in seiner großen Liebe, mit der er uns geliebt hat,
5 auch uns, die wir tot waren in den Sünden, mit Christus lebendig gemacht - aus Gnade seid ihr selig geworden -;
6 und er hat uns mit auferweckt und mit eingesetzt im Himmel in Christus Jesus,
7 damit er in den kommenden Zeiten erzeige den überschwänglichen Reichtum seiner Gnade durch seine Güte gegen uns in Christus Jesus.
8 Denn aus Gnade seid ihr selig geworden durch Glauben, und das nicht aus euch: Gottes Gabe ist es,
9 nicht aus Werken, damit sich nicht jemand rühme.
10 Denn wir sind sein Werk, geschaffen in Christus Jesus zu guten Werken, die Gott zuvor bereitet hat, dass wir darin wandeln sollen.

Texte du prêche
Ecoutons le texte qui nous est donné pour aujourd'hui. Il vient du deuxième chapitre de la lettre aux Ephésiens. Nous écoutons les vers 1 à 10 :

Épître aux Ephésiens 2, 1-10
Et vous, qui étiez morts à cause de vos fautes et des péchés
²où vous étiez autrefois engagés quand vous suiviez le dieu de ce monde, le prince qui s'interpose entre ciel et terre, l'esprit qui agit maintenant parmi les rebelles.
³Nous étions de ce nombre, nous tous aussi, qui nous abandonnions jadis aux désirs de notre chair : nous faisions ses volontés, suivions ses impulsions, et nous étions par nature, tout comme les autres, voués à la colère.
4 Mais Dieu est riche en miséricorde à cause du grand amour dont il nous a aimés,
5alors que nous étions morts à cause de nos fautes, il nous a donné la vie avec le Christ - c'est par grâce que vous êtes sauvés -,
6 avec lui, il nous a ressuscités et faits asseoir dans les cieux, en Jésus Christ.
7 Ainsi, par sa bonté pour nous en Jésus Christ, il a voulu montrer dans les siècles à venir l'incomparable richesse de sa grâce.
8 C'est par la grâce, en effet, que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi ; vous n'y êtes pour rien, c'est le don de Dieu.
9Cela ne vient pas des œuvres, afin que nul n'en tire orgueil.
10 Car c'est lui qui nous a faits ; nous avons été créés en Jésus Christ pour les œuvres bonnes que Dieu a préparées d'avance afin que nous nous y engagions.


Liebe Gemeinde, liebe französische und deutsche Freunde!

Es scheint, als hätte der vor etwa 1950 Jahren abgefasste Epheserbrief uns im Blick gehabt, uns, wie wir heute hier sind, Deutsche und Franzosen, Evangelische und Katholische:
Ist es doch das Anliegen des Epheserbriefes, die unterschiedlichsten Menschen, Menschen aus verschiedenen Kulturen den Reichtum der Gnade nahe zu bringen. Sie alle, so sagt es der Epheserbrief, gehören zu dem einen Leib Christi - sie sind seine Gemeinde in Jesus. Und als solche sollen sie zu erkennen sein. Denn nun, so der Epheserbrief, gibt es nicht mehr Juden und Heiden, es gibt nur noch ein Gottesvolk, erkennbar am Leben in der Liebe Christi. Eines Lebens, das Gott schon vorbereitet hat. das wir nicht unbegleitet leben müssen- weil Gott dabei sein will mit seiner ganzen Kraft, wenn wir es denn zulassen.
Cher communauté, chers amis français et allemands !
Il semble comme si la lettre aux Ephésiens, écrit il y a 1950 années, nous avait à l'œil, nous comme nous sommes ici aujourd'hui, Allemands et Français, protestants et catholiques :

Est-ce donc le désir de la lettre aux Ephésiens de faire comprendre la richesse de la grâce aux hommes les plus différents, aux hommes de différentes cultures. Eux tous, ainsi le dit la lettre aux Ephésiens, appartiennent à cet un corps de Christ - ils sont sa communauté en Jésus. Et comme tels ils sont à reconnaître. Car maintenant, ainsi la lettre aux Ephésiens, il n'y a plus juifs et païens, il n'y a que le peuple de Dieu, reconnaissable à la vie dans l'amour de Christ. Une vie que Dieu a déjà préparée, que nous ne devons pas vivre sans être accompagnés - car Dieu y veut être présent dans toute sa force si nous l'admettons.

Ein solcher Brief war notwendig, war man doch gerade drauf und dran, sich in dieser christlichen Gemeinde in Ephesus zu entzweien, wieder auseinanderzudividieren, was zusammen
gehörte. Angesichts der Gefahr der Entfremdung erinnert der Brief daran, dass Versöhnung mit Gott auch Versöhnung untereinander bedeutet.
Une telle lettre était nécessaire car, dans cette communauté chrétienne à Ephèse, on était en train de se brouiller, de diviser de nouveau ce qui appartenait ensemble. Face au danger de l'aliénation la lettre rappelle que réconciliation avec Dieu veut en même temps dire réconciliation entre les hommes

Das Jubiläum der 25 -jährigen Partnerschaft zwischen Auenwald und Beaurepaire, das wir heute feiern, ist wie ein großes "Ja" zu dieser Botschaft des Epheserbriefes.
Ein Ja sind die vielfältigen Begegnungen und Besuche der Bürger, der Schulen und der Vereine.
Ein Ja sind die Feste, die man zusammen feierte, hier auf der Auenwald- Hocketse genauso wie in Beaurepaire. Die Kinder, die 1998 "La fête des princes et princesses" nach der Erzählung "Der kleine Prinz" von Saint -Exypery gefeiert haben, sind jetzt schon längst erwachsen, aber immer wieder gibt es Kinder in unseren Schulen, die Interesse für die französische Sprache entwickeln, am freiwilligen Französischunterricht der Grundschulen teilnehmen, der von der Gemeinde finanziert wird, und bei Besuchen in Frankreich Freundschaft mit französischen Kindern schließen und sie zum Gegenbesuch einladen. Jedes Lächeln, jeder Brief, jedes neu ausprobierte Rezept aus dem anderen Land, jedes Gespräch und jede gemeinsam gelehrte Flasche Wein ist Eingemeindung ins Gottesvolk.
Ce 25ième anniversaire du jumelage entre Auenwald et Beaurepaire que nous fêtons aujourd'hui, il est comme un grand " Oui " au message de la lettre aux Ephésiens.
Un " oui " sont les multiples rencontres et visites des citoyens, des écoles et des associations.
Un "oui " sont les fêtes qu'on célèbre ensemble, ici, à l'Auenwaldhocketse comme à Beaurepaire. Les enfants qui, en 1998, ont fêté la " Fête des princes et des princesses " d'après Saint-Exupéry, sont longtemps déjà des adultes, mais, toujours de nouveau, il y a des enfants dans nos écoles qui s'intéressent à la langue française, qui participent volontairement à l'enseignement du français aux écoles primaires, financé par la commune, et qui deviennent amis avec des enfants français et les invitent à venir chez eux. Chaque sourire, chaque lettre, chaque nouvelle recette essayée de l'autre pays, chaque entretien et chaque bouteille vidée ensemble, tout cela est en même temps rattachement au peuple de Dieu.

Nun ist es mit dem Gottesvolk wie mit jedem Volk - es muss sich finden und festigen- stets auf neue. Was für eine gewaltige Aufgabe !
Mais alors, avec le peuple de Dieu c'est la même chose qu'avec chaque autre peuple - il doit se trouver et se consolider - toujours de nouveau. Quelle tâche énorme !

Was für ein langer Weg - bevor aus den ehemaligen "Erbfeinden" Bewohner des Gottesvolkes wurden ! Es sind ihn Generationen um Generationen gegangen- seit die Enkel von Karl dem Großen das Fränkische Reich im Jahr 843 unter sich aufteilten und eine Grenze entlang des Rheins zogen zwischen den Vorläufern des heutigen Frankreichs und Deutschlands. Diese Aufteilung blieb nicht ohne Konsequenzen: zahlreiche Kriege führten die beiden Nachbarländer in den folgenden Jahrhunderten. Im Mittelpunkt der Kämpfe stand meist die Herrschaft über das Gebiet um Straßburg, Elsass-Lothringen. "Rache und Revanche" bestimmten das Denken beiderseits des Rheins.
Quel long chemin - avant que des anciens " ennemis héréditaires " devenaient des habitants du peuple de Dieu !
Des générations et générations le sont allées - dès que, en 843, les petits-enfants de Charlemagne se partageaient le Royaume Franc et traçaient une frontière le long du Rhin entre les prédécesseurs de la France et de l'Allemagne d'aujourd'hui. Cette répartition ne restait pas sans conséquences : pendant les siècles suivants, les deux pays voisins faisaient nombreuses guerres. Le plus souvent, c'était la région autour de Strasbourg, Alsace-Lorraine, qui se trouvait au centre des luttes.
" Haine et Revanche " déterminaient la pensée des deux côtés du Rhin.

Erst nach dem Zweiten Weltkrieg 1945, in dem sich Deutschland und Frankreich noch als Feinde gegenüber standen, konnten sich die beiden Staaten friedlich einigen. Im Elyseevertrag, unterzeichnet am 22. Januar 1963, wurde der Rahmen für die neue deutsch-französische Partnerschaft festgelegt und die Hauptziele der deutsch-französischen Zusammenarbeit formuliert. Mit unserer Partnerschaft gehören wir in genau diese Bewegung mit hinein- 50 Jahre Elyseevertrag - 25 Jahre Partnerschaft zwischen Beaurepaire und Auenwald!
Ce n'était qu'après la Deuxième Guerre mondiale dans laquelle l'Allemagne et la France se faisaient encore face en ennemi, que les deux États pouvaient parvenir à un accord paisible. C'est dans le Traité de l'Elysée, signé le 22 janvier 1963, que le cadre pour un nouveau partenariat fut fixé et que les buts essentiels de la coopération franco-allemande furent formulés. Par notre jumelage nous appartenons juste à ce mouvement - 50 années du Traité de l'Élysée - 25 années du jumelage entre Beaurepaire et Auenwald !

Die Zeiträume, die das umfasst, sind die Zeiträume zweier und einer Generation. Was die Kriegsgeneration begonnen hatte,
führten deren Kinder fort - und die Enkel?
Les époques qui comprennent cela sont les époques de deux, d'une seule génération. Ce que la génération de la Guerre a commencé - leurs enfants l'ont continué - et les petits-enfants ?

Das Gottesvolk muss sich immer neu zusammenfinden, muss immer wieder aufs Neue Menschen eingemeinden, damit es nicht starr wird und zugrunde geht.
Il est au peuple de Dieu de se rassembler toujours de nouveau, de rattacher toujours de nouveau des hommes à la communauté pour qu'il ne s'engourdisse pas et qu'il ne se perde.

Was aus dem Erleben der Schrecken des Krieges tief ins Herz ging, war die Erkenntnis, dass der andere genauso Mensch ist wie ich, mit denselben Sehnsüchten und Hoffnungen, mit demselben Verlangen nach einem guten Leben, wo man isst und trinkt, liebt und geborgen ist, arbeiteten kann , jung sein darf und alt werden kann.
Ce qui, des terreurs de la guerre, touchait en plein cœur c'était la connaissance que l'autre est homme tout comme moi, avec les mêmes désirs et espoirs, avec la même volonté d'une bonne vie, où on mange et boit, aime et se sent à l'abri, où on peut travailler, être jeune et devenir vieux.

Diese Erkenntnis kam aus dem Erleben. Aus den Schützengräben, aus den Lazaretten und Gefangenlagen, aus den Orten der Kriegsgefangenschaft- diese Erkenntnis drang immer dann ins Herz, wenn bei einer Zigarette , wenn bei einem Anblicken, beim Zusehen, wie sehr der andere litt- das Feindbild Risse bekam.
Cette connaissance sortait du vécu. Des tranchées, des hôpitaux militaires et des camps de prisonniers de guerre, des endroits de captivité - cette connaissance perçait le cœur chaque fois quand, en allumant une cigarette, en se regardant, en voyant combien l'autre souffrait, le cliché de l'ennemi se déchirait.

Es brauchte viele Erschütterungen, bis es soweit war. Denn auch die andere Seite gehört zu uns: Wie schnell fangen wir an, verächtlich über andere zu denken und zu reden. Es ist wie eine Sucht, sich selber groß zu machen und die anderen klein. Und es braucht viel, bis wir endlich einsehen, dass wir alle von Gottes Gnade leben, wir und die anderen.
Il fallut beaucoup d'ébranlements jusqu'à ce qu'on fût prêts.
Car cette autre côté appartient également à nous : de quelle vitesse commençons-nous à penser et à parler avec mépris des autres ! C'est comme une manie de se rendre grand et de rendre les autres petits. Et il en faut beaucoup jusqu'à ce que nous comprenions que nous vivons tous de la grâce de Dieu, nous et les autres.


Josef Ratzinger wurde einmal gefragt, warum nach 2000 Christentum, nachdem es nun schon so lange die gute Botschaft von der Liebe Gottes und seinem Volk gibt, es auf der Welt immer noch so viel mehr Bosheit und Hass gibt als Liebe und Begegnung . Ratzinger überlegte eine Weile uns antwortete: Weil das jede Generation aufs Neue für sich durchbuchstabiert, das eigene Wollen und Gottes Wollen. Weil jeder Mensch für sich beschließt, wie er leben will. Und weil es dauert, ehe einer sein ja zur Liebe findet." Soweit Ratzinger.
Une fois, quelqu'un demanda à Josef Ratzinger pourquoi, après 2000 années de christianisme, après qu'il existe maintenant depuis si longtemps le bon message de l'amour de Dieu et de son peuple, il y a encore au monde autant plus de méchanceté et de haine. Ratzinger réfléchit un moment et répondit : C'est parce que chaque génération épèle de nouveau sa propre volonté et celle de Dieu. Car chaque homme décide pour lui de quelle façon il veut vivre, Et parce que ça dure jusqu'à ce que quelqu'un trouve son " oui " à l'amour. Ainsi Ratzinger.

Am ehesten zur Liebe findet einer, wenn er Liebe erfährt, wenn
er spürt, wie das geht: Begegnung. Ein Gottesvolk kann man nicht herbeireden- es will gelebt sein.
Un homme découvre l'amour le plus facilement quand il en fait lui-même l'expérience, quand il sent comment cela fonctionne : rencontre. Un peuple de Dieu ne vit pas de paroles - il veut être vécu.

Eingemeindung in dieses Volk ist kein Akt der Bürokratie, nicht einmal der Taufschein hilft wirklich. Erfahrung hilft, Begegnung hilft, alles hilft, wo ich Gelegenheit habe, im anderen den Menschen zu entdecken. So wird es unsere Aufgabe sein, die nächste Generation an unseren Erfahrungen
teilhaben zu lassen, damit sie Lust bekommt, ihre eigenen Erfahrungen zu machen.
Rattachement à ce peuple n'est pas un acte de bureaucratie, même pas l'extrait de baptême y sert vraiment. C'est l'expérience qui aide, rencontre qui aide, c'est tout ce qui aide où j'ai l'occasion de découvrir dans l'autre l'homme lui-même. Ainsi, il sera notre devoir de faire participer la nouvelle génération à nos expériences, pour que l'envie la prenne de faire ses propres expériences.

All das hilft schon viel. Aber es ist noch nicht alles. Denn am Menschsein, an meinem eigenen und an dem des anderen, kann ich auch scheitern. Immer dann, wenn in mir die Angst aufsteigt, zu kurz zu kommen, zu verlieren statt zu gewinnen.
Tout ceci aide déjà beaucoup. Mais ce n'est pas encore tout. Car je peux aussi échouer face à ma condition humaine ainsi qu'à celle des autres hommes. Chaque fois que, dans moi, monte la peur de ne pas avoir mon compte, de perdre au lieu de gagner.

Und so braucht es über allen anderen Begegnungen die Begegnung mit Gott, der heute und " in den kommenden Zeiten erzeige den überschwänglichen Reichtum seiner Gnade durch seine Güte gegen uns in Christus Jesus" - der uns gewiss macht, dass der , der sich auf Wagnis der Liebe und der echten Begegnung einlässt, gewinnt fürs Leben - das gegen alle Widerstände, die die Welt auch bieten mag, selbst gegen den Tod- weil der Weg weiterführt in das Reich Gottes, in die wahre Heimat des Gottesvolkes aus allen Nationen und allen Zeiten.
Et ainsi, au-delà de toutes les autres rencontres, il faut la rencontre avec Dieu, qui, aujourd'hui et " dans les temps à venir, montre la richesse débordante de sa grâce et amour envers nous dans Jésus-Christ " - qui nous rend certains que celui, qui s'embarque dans le risque de l'amour et de la vraie rencontre, gagne pour la vie - et cela contre tous les obstacles que le monde puisse offrir, même contre la mort - car le chemin mène dans le Royaume de Dieu, dans la vraie patrie du peuple de Dieu de toutes les nations et de tous les temps.


Dahin sind wir unterwegs, wo wir auch leben -und was das Beste ist: Wir dürfen uns auf diesem Weg gegenseitig stärken und begleiten- über Grenzen und Generationen hinweg. Gott ist mit uns. Amen
C'est vers cette patrie que nous sommes en chemin où nous vivons - et ce qui est l'écume : Nous pouvons nous soutenir et accompagner l'un l'autre sur ce chemin - à travers les frontières et les générations. Dieu est avec nous. Amen

Fürbittgebet für den 30.06.13 Prière d'intercession pour le 30 juin 13


Guter Gott, wir danken dir für diesen wunderbaren gemeinsamen ökumenischen und internationalen Gottesdienst und
wir danken dir für die über viele Jahre hinweg gewachsene und gelingende Partnerschaft zwischen den Menschen in Beaurepaire und Auenwald.
Notre Dieu, nous te remercions de cette merveilleuse office commune œcuménique et internationale et
Nous te remercions du jumelage entre les hommes à Beaurepaire et à Auenwald, cru et réussi pendant beaucoup d'années.

Wir danken dir für die Annäherung der Menschen aus Beaurepaire und Auenwald über eine solch große örtliche Distanz hinweg.
Nous te remercions pour l'approchement des gens de Beaurepaire et d'Auenwald malgré une telle distance entre les villes.

Wir danken dir für die gute Zusammenarbeit der Schulen beider Länder und für die schönen Schüleraustausche, durch die viele Freundschaften zwischen Familien aus Beaurepaire und Auenwald entstanden sind.
Nous te remercions pour la bonne coopération des écoles des deux pays et pour les beaux échanges scolaires, racine de beaucoup d'amitiés entre des familles de Beaurepaire et d'Auenwald.

Wir danken dir für die vielen bereichernden Begegnungen in Familien, bei Festen oder Ausflügen in all den vergangenen Jahren mit unseren französischen Freunden aus Beaurepaire.
Nous te remercions pour les multiples rencontres avec nos amis Beaurepairois dans les familles, lors des fêtes ou des excursions pendant toutes les années passées.

Wir bitten dich um eine freundschaftliche Beziehung die auch in den kommenden Jahren blüht und viel Frucht trägt.
Nous te prions : Donne-nous des liens amicaux florissant encore les années à venir et portant beaucoup de fruits.

Wir bitten dich darum, wachsam Tendenzen entgegen zu wirken, die unsere Verbundenheit gefährden könnten. Schenke uns Liebe und Kraft füreinander da zu sein, um miteinander in Beaurepaire und in Auenwald Leben zu gestalten.
Nous te prions de combattre avec vigilance des tendances pouvant compromettre notre solidarité. Donne-nous amour et force d'être là, l'un pour l'autre, pour former avec créativité la vie à Beaurepaire et à Auenwald.

Wir bitten dich für alle - die heute krank sind und nicht wissen ob sie wieder gesund werden. Schenke ihnen Hoffnung.
Nous te prions pour tous ceux qui sont malades aujourd'hui et qui ne savent pas s'ils vont guérir. Donne-leur ton espoir.

Wir bitten dich für alle - die um einen lieben Menschen trauern oder verzweifelt sind. Stehe du ihnen bei und tröste sie.
Nous te prions pour tous ceux qui pleurent la perte d'un homme aimé et qui sont affligés. Sois de leur côté et conforte-les.

Wir bitten dich für die Menschen weltweit, die unter Kriegen und Verfolgung leiden müssen, für die versehrten Männer, die alleinerziehenden Mütter, für die Kinder, die schon kleine Erwachsene sein müssen. Dein Friede sei mit ihnen.
Nous te prions pour les hommes au monde entier qui souffrent de guerres et de persécution, pour les hommes mutilés, pour les femmes qui élèvent leurs enfants seules, pour les enfants qui doivent déjà être des petits adultes. Ta paix soit avec eux !

Wir bitten dich für alle - die überfordert sind im Alltag und in ihren Familien. Deine Liebe begleite sie.
Nous te prions pour tous ceux qui sont dépassés dans la vie de tous les jours et dans leurs familles. Que ton amour les accompagne !


Wir bitten dich für all das Leid und die Ängste, die weitergegeben werden in Familien und Arbeitsstätten. Erlöse die Betroffenen von Ängsten und Leid.
Nous te prions pour toutes les peines et peurs transmises dans les familles et aux lieux de travail. Délivre-les personnes affectées de peurs et de peine.

Wir bitten dich für alle Menschen, die ihr Hab und Gut oder gar einen lieben Menschen durch die Flutkatastrophe verloren haben. Schenke ihnen Kraft, Mut und Zuversicht und genügend Unterstützung, mit der sie sich wieder ein Heim errichten können.
Schenke uns ein weites Herz dazu, um sie zu unterstützen.
Nous te prions pour tous les hommes qui ont perdu biens et avoirs ou même un homme aimé par la catastrophe des inondations. Donne-leur force, courage et confiance et assez de soutien pour se faire de nouveau un foyer.
Donne-nous un cœur de largesse pour les y soutenir.

Schenke uns allen in Beaurepaire und in Auenwald und weltweit deinen guten und bewahrenden Segen.
A nous tous, à Beaurepaire et à Auenwald et dans le monde entier, donne ta bonne bénédiction protégeante.

Amen

 

25 ans du Jumelage franco-allemand entre Auenwald et Beaurepaire
De vendredi 28 jusqu'à dimanche 30 juillet 2013

C'est par un week-end de fête très varié que tout Auenwald va fêter le 25 ième anniversaire du jumelage entre Beaurepaire et Auenwald. Tous les citoyennes et citoyens d'Auenwald sont cordialement invités à fêter cet évènement avec les hôtes français.

Le jumelage entre Auenwald et Beaurepaire dans le département français Isère existe maintenant depuis 25 ans. Après premiers contacts lors d'un échange scolaire et des rencontres intenses suivantes de la " Trachtenkapelle " et du " Bürgerverein Ebersberg " avec l'harmonie " Echo de la Valloire ", après des allers-retours pour mieux se connaître, suivait enfin le jumelage officiel. En septembre 1987 à Beaurepaire et en mai 1988 à Auenwald, les deux maires Christian Nucci et Jürgen Richter signaient les actes du jumelage.

Dès le début on visait à mettre le jumelage sur une base large pour qu'il ne soit réduit à un échange officiel entre les administrations et les conseillers municipaux. Ainsi, au centre des 25 ans se trouvaient alors des rencontres entre citoyennes et citoyens, les associations musicales et sportives, les agriculteurs, les sapeurs-pompiers et leurs associations des jeunes, ainsi que les échanges scolaires des deux écoles primaires d'Auenwald avec leurs correspondants Beaurepairois Luzy-Dufeillant et La Poyat et du Bildungszentrum avec les collèges Jacques Brel et Luzy-Dufeillant.
L'enseignement du français dans les classes 3 et 4 des écoles primaires d'Auenwald (2 cours par semaine), financé par la commune et accepté par un grand nombre d'élèves peut servir de modèle. Ainsi, aujourd'hui, il y a beaucoup plus de citoyens d'Auenwald qui parlent le français qu'il y a 25 ans.

C'est le conseil municipal qui, pendant les décennies, a soutenu le jumelage. Pour les maires Peter E. Friedrich et Karl Ostfalk ainsi que pour toute l'administration le jumelage était toujours une affaire de cœur et l'est encore.

Un pilier important du jumelage vivant est le Comité de Jumelage Auenwald-Beaurepaire, dès le début sa présidente Ulrike Rückert. Il fut fondé pour lier ensemble les nombreuses activités des associations et groupes individuels et pour soutenir la commune et ses citoyennes et citoyens en tout ce qui concerne le jumelage. Le maire en vertu de ses fonctions est membre du bureau et le premier adjoint (jusqu'en 2012) Waldemar Fuderer est dès le début secrétaire du bureau et force vive. C'est ici que se rencontrent les membres actifs avec les représentants des associations, écoles, Eglises et autres groupes pour s'engager dans des échanges, organiser la participation à des évènements communaux comme la Auenwaldhocketse ou la foire de Noël, pour projeter des voyages (à Berlin, Paris, en Bourgogne, à la Loire ou en Alsace). Le Comité de Jumelage a aussi mis en route et soutenu financièrement les cours de Français pour adultes (4 à ce moment) à Auenwald en coopération avec la Volkshochschule.

Les points forts des 25 année du jumelage étaient entre autres les fêtes du Bicentenaire de la Révolution française en 1989, des 750 ans de la commune d'Auenwald en 1995, les 700 ans de Beaurepaire en 2007, le 20ième anniversaire du jumelage en 2007 et 2008 et, l'année dernière, le 25ième anniversaire à Beaurepaire. Pour le 20ième , le Comité de Jumelage Auenwald-Beaurepaire avait publié un hommage volumineux avec une multitude de textes et de photos, et M .Robert Antretter, ancien membre du Conseil de l'Europe, présentait le drapeau européen, accordé par le Conseil Européen.

Après la fête si extraordinaire à Beaurepaire l'année dernière, c'est maintenant à Auenwald qu'on fête le 25ième anniversaire du jumelage de vendredi 28 à dimanche 30 juillet 2013. Environ 100 amis de la ville jumelée sont attendus. Le week-end du jumelage a comme thème " 50 années du traité de l'Elysée - 25 ans du jumelage ".

Pour toutes les rencontres sont invités pas seulement les hôtes français avec leurs familles d'accueil, mais tous les intéressés. Pour plus d'informations voir l'internet www.partnerschaft-auenwald.de ou www.auenwald.de

 

Festakt
Cérémonie
zum 25-jährigen Jubiläum der Partnerschaft
lors du 25ième anniversaire du jumelage
Auenwald-Beaurepaire
in Beaurepaire 15. Juli 2012
à Beaurepaire le 15 juillet 2012

Rede der 1.Vorsitzenden des Partnerschaftskomitees Ulrike Rückert
Discours de la Présidente Ulrike Rückert

Meine lieben Freunde, sehr geehrte Herren Bürgermeister, Philippe Mignot und Karl Ostfalk, Altbürgermeister Christian Nucci, sehr geehrte Gemeinderäte, meine liebe Monique,

Mes chers amis, chers Messieurs les maires Philippe Mignot, Karl Ostfalk et l'ancien maire Christian Nucci, Mesdames et Messieurs les élus, ma chère Monique,

Ist es wirklich schon fünfundzwanzig Jahre her, dass wir hier in Beaurepaire die Verschwisterungsfeier unserer beiden Gemeinden gefeiert haben? Wenn wir, die wir von Anfang an dabei waren, uns ansehen, müssen wir sagen: Ja, Fünfundzwanzig Jahre älter! Wenn wir die Partnerschaft ansehen: Nein, ganz frisch, ganz neu, voller neuer Möglichkeiten.

Est-ce que cela fait vraiment déjà vingt-cinq ans que, ici à Beaurepaire, nous avons fêté le jumelage entre nos deux communes ? Si nous qui alors étaient déjà présents nous regardons il faut dire : oui, vieillis de 25 ans. Mai si nous regardons le jumelage : Non, tout frais, tout nouveau, plein de nouvelles possibilités.

Dieser Augenblick könnte dazu verleiten, Rückblick zu halten auf alles, was gewesen ist zu bedauern, wo die Kontakte nachgelassen, die Austausche zwischen den Vereinen oder Familien weniger intensiv geworden sind und gleichzeitig die zahlreichen Treffen und Feste in Erinnerung zu rufen.

Ce moment pourrait nous inciter à tenir rétrospective sur tout ce qui s'est passé, à regretter des contacts relâchés, des échanges moins intenses que jadis entre associations ou familles, et, en même temps, à commémorer les multiples rencontres et grandes fêtes.

Gewiss, was für unvergessliche Feste ! Die Partnerschaftsfeiern hier und in Auenwald, das 10-jährige und das 20-jährige Jubiläum, das großartige Fest zum 200-jährigen Jubiläum der Revolution, die 750-Jahrfeier in Auenwald, die 700-Jahrfeier von Beaurepaire, landwirtschaftliche Hauptfeste in Beaurepaire und Beaucroissant, in Stuttgart.

Bien sûr, quelles fêtes inoubliables: Les fêtes du jumelage ici et à Auenwald, les dixième et vingtième anniversaires du jumelage, la fête si extraordinaire du Bicentenaire de la Révolution, les fêtes du 750ième anniversaire d'Auenwald et du 700ième anniversaire de Beaurepaire, les foires agricoles à Beaurepaire, à Beaucroissant, à Stuttgart.

Die Partnerschaft hat das Leben von uns allen bereichert, uns miteinander verbunden und uns mit neuen Menschen, sogar aus unseren eigenen Gemeinden, in Kontakt gebracht.

Le jumelage a enrichi la vie de nous tous, il nous a liés les uns aux autres, et il nous a mis en contact avec des hommes jusqu'alors inconnus, même de nos propres communes.

Das war möglich durch das Engagement einer großen Anzahl von Menschen, die jeweils ihren Teil zu dieser Partnerschaft beigetragen haben und von denen - Gott sei Dank! - so viele heute Abend hier sind.

C'était possible par l'engagement d'un grand nombre de personnes qui, chacun à sa place, ont ajouté leur part à ce jumelage et dont - Dieu merci ! - beaucoup sont ici présents ce soir.

Wenn ich hier einige Namen derer in Erinnerung rufe, die heute nicht oder nie mehr bei uns sein können, dann tue ich das ohne Trauer, sondern in großer Dankbarkeit für ihre Freundlichkeit, ihre Großzügigkeit, ihre Gastfreundschaft, für ihren Willen, alles Trennende zu überwinden und sich für die Freundschaft zu engagieren, die uns aneinander bindet.

Si je rappelle quelques noms de ceux qui ne peuvent pas être présents aujourd'hui ou ne pourront plus jamais être avec nous, c'est sans tristesse, mais en grande gratitude pour leur gentillesse, leur largesse, leur esprit d'accueil, leur volonté de dépasser tout ce qui sépare et de s'engager pour l'amitié qui nous lie.

Die Liste kann nicht vollständig sein, bitte ergänzen Sie Namen, die ich vergessen haben könnte:

La liste ne peut pas être complète, et je vous prie d'y rajouter des noms que je pourrais avoir oubliés :

Heinz Klenk, Friedrich Krauß, Helga Korn, Richard Stier, die diesmal nicht mitfahren konnten. Herbert Packmor, Günther Blank, Manfred Lederer, die nicht mehr unter uns sind. Patrick Clément, Gabriel Duchier, Georges Pernot, Lise Matthieu et son mari, Adrien Souchon, Maurice Villard, Christiane Langlais, Martine Félix, René Colin, Charles Delongeaux, Alfred Sayag, René Pierson, Barthold Cassado, et ceux qui ne peuvent pas être présents ce soir, Jean-Claude Ghéno, Jean-Louis Poncet et notre chère Marianne Nucci.

Mit Lächeln über die Freude, die sie anderen Menschen bereitet haben, denken wir an sie alle und manchen Ungenannten.

En souriant de la joie qu'ils ont faite à nous autres nous pensons à eux tous ainsi qu'à tant d'autres non nommés ici.

Hier aber sind wir nicht um zu erinnern, sondern um dem Neuen, das in unserer Partnerschaft immer wieder entsteht, Raum zu geben. Die jungen Familien, angeregt durch die vielen Schüleraustausche, die Jugendfeuerwehr, junge Lehrer, Motorradfahrer, alle, die die Aufgabe fortsetzen, werden ihre Form der Partnerschaft entwickeln.

Mais nous ne sommes pas ici à cause du souvenir, nous sommes ici pour faire place à tout ce qui commence de nouveau, année par année, dans notre jumelage. Les jeunes, les familles, résultat de multiples échanges scolaires si fructueux, les jeunes sapeurs pompiers, les jeunes professeurs, les motards, tous ceux qui continuent vont développer leurs formes de partenariat.

Wir, die wir nun 25 Jahre lang Ihnen allen gerne gedient haben, danken für alles Gute, das entstanden ist.

Nous qui, pendant 25 ans, avons rendu service à vous tous, disons merci pour tout le bien qui est né.

Ich danke meinem Stellvertreter Kurt Keser, unserem ehemaligen Kassenführer Manfred Packmor und heute Margrit Huberle für die Jahrzehnte gemeinsamer Arbeit und den Bürgermeistern Jürgen Richter, Peter E. Friedrich und heute Ihnen, Herr Ostfalk, für die intensive Zusammenarbeit, besonders aber unserem Waldemar Fuderer, Seele der Partnerschaft.

Je remercie notre Vice-président Kurt Keser, notre ancien trésorier Manfred Packmor et, celle d'aujourd'hui, Margrit Huberle pour les décennies de travail ensemble. Et je remercie les anciens maires Jürgen Richter, Peter E. Friedrich et notre maire Karl Ostfalk pour l'intense coopération, et surtout notre Waldemar Fuderer, âme du jumelage.

Aber heute Abend geht unser Dank vor allem an Sie, liebe französische Freunde, die Sie die Partnerschaft während dieser 25 Jahre so sehr unterstützt haben, vor allem die beiden Bürgermeister Christian Nucci und Philippe Mignot und alle Mitglieder des Partnerschaftskomitees. Liebe Monique Galfione: Danke für die gute Zusammenarbeit und die herzlichen Kontakte über so viele Jahre!
Ich danke Ihnen!

Mais ce soir, nos remerciements s'adressent à vous, chers amis français, qui avez soutenu ce jumelage pendant ces 25 années, avant tout les deux maires Christian Nucci et Philippe Mignot et tous les membres du Comité de jumelage. Chère Monique Galfione, merci pour la bonne coopération et les contacts si cordiaux pendant autant d'années.
Je vous remercie.


Discours du maire Karl Ostfalk
pour les 25 ans du Jumelage Auenwald-Beaurepaire
le 14 juillet 2012 à Beaurepaire

Chers citoyennes et citoyens de Beaurepaire et d´Auenwald, mes très chers messieurs dames,

Je vous souhaite, chaleureusement, en mon nom ainsi qu´ au nom du conseil municipal et du comité de jumelage, la bienvenue, ici, à la salle polyvalente.

Toutes mes salutations, à toi, mon cher collègue, Philippe Mignot, maire de Beaurepaire, ainsi qu´à l´ancien maire, vous, très cher Christian Nucci,

Je souhaite également aux membres du conseil municipal de Beaurepaire,
aux membres du conseil de jumelage, dirigé par la présidente, Monique Galfione,
ainsi qu'aux représentants de l église, des écoles, et des associations, et a tous les citoyens de Beaurepaire et d Auenwald mes chaleureuses salutations.

Mesdames, messieurs,

Le 8 juillet 1962, il y a donc 50 ans de cela, se rencontraient à la cathédrale de Reims, le président de la République Française, Charles de Gaulle et le chancelier de la République Fédérale d'Allemagne, Konrad Adenauer, pour une messe de réconciliation historique.
Au même jour précisément, 50 plus tard, c est à dire dimanche dernier, le président François Hollande et la chancelière Angela Merkel, réaffirmaient l'amitié franco-allemande, ils ont renforcé et mis en avant de manière significative l'intégration européenne, et, comme le soulignait la chancelière ou le président : " notre amitié inspire l Europe "

Il y a presque 25 ans, le 26 septembre 1987, était officiellement signé à Beaurepaire, l´accord de jumelage entre Auenwald et Beaurepaire, un document intitulé, " Construire l´avenir ".
Ce weekend, nous voulons tous ensemble, cher amis de Beaurepaire, célébrer l´inauguration du 25e anniversaire du jumelage de nos municipalités.

Vous nous avez préparé hier un accueil chaleureux, et, avec le défilé, les magnifiques feux d'artifice, ainsi que le " festival de la musique et de la danse ", vous nous avez offert une très belle soirée.

Pendant 25 ans, nous nous sommes conjointement engagés à créer, maintenir et développer les relations entre les citoyens. Nos citoyens devaient apprendre à se connaître, se rapprocher les uns des autres, de sorte qu'une identité européenne commune émerge. 25 ans après le Contrat sur la Coopération franco-allemande, les voisins devenaient des amis. L´objectif était et il l'est toujours, de devenir des frères.
Il y a 15 ans, à été confirmé et écrit dans chacun des deux certificats, que nous continuerons ensemble à créer l´avenir de nos communautés, et l´avenir des générations futures
.
Les 5 dernières décennies, et plus précisément ces dernières années, ont clairement montré qu´il est particulièrement important et que c´est un avantage de taille pour nous tous que français et allemands se soutiennent mutuellement, ou encore mieux, que nous poursuivons " côte à côte " le même objectif. " Ensemble nous sommes plus fort ", cela ne se manifeste pas seulement dans la politique, mais aussi dans notre jumelage.

Je pense seulement aux échanges scolaires, entre nos élèves des écoles primaires d´Oberbrüden, et Unterbrüden avec ceux de l´École Luzy-Dufeillant, ainsi que l´école primaire de Lippoldsweiler avec l´école La Poyat ou notre Bildungszentrum avec le Collège Luzy-Dufeillant et, bientôt de nouveau, avec le Collège Jacques Brel. Depuis 1991, nous proposons dans nos écoles primaires des cours de français. Nos enfants apprécient de participer à des cours de langue et se réjouissent à chaque fois tout particulièrement de leur venue à Beaurepaire, mais aussi tout particulièrement de recevoir les participants.

L´amitié entre nos deux municipalités à été renforcée, non seulement par notre génération, mais principalement grâce à nos aînés.

Si nous permettons à nos enfants, dans l´avenir, de développer ou d´entretenir l´apprentissage de la langue française et allemande nous créerons alors ainsi une base solide pour notre avenir commun.

Je remercie expressément les familles Keser et Ghonon, en particulier Sigrid Keser, qui ont créé, avec leur échange scolaire, la base du jumelage de nos municipalités. Les échanges entre les harmonies "Bürgerverein Ebersberg " et "Echo de la Valloire " qui suivaient ont permis de poursuivre et de renforcer le sentiment " nous ".

Ces 25 dernières années, ont émergé, entre Auenwald et Beaurepaire, des contacts et des amitiés.
Beaucoup d´organisations, et de nombreux citoyens et citoyennes, ont apporté une contribution exceptionnelle. Je remercie fortement toutes les familles, qui, depuis 25 ans, accueillent et s´occupent chaleureusement de leurs invités.

Au nom de tout ce qu´ils ont fait, je tiens à mettre l´accent sur deux personnes, et à les remercier particulièrement pour leur engagement. Ce sont la présidente du comité de jumelage à Beaurepaire, madame Monique Galfione, et notre présidente du comité de jumelage, Frau Ulrike Rückert.
Toutes les deux sont animées par leur engagement exemplaire en faveur du jumelage, et le besoin de toujours lui donner une nouvelle impulsion.

En symbole de notre partenariat nous avons fait sculpté pour les citoyens de Beaurepaire deux colonnes de bois avec les armoiries de nos deux communes qui montrent que, depuis 25 ans déjà, nous sommes partenaires, amis et frères, et que nous construisons ensemble le renforcement d´une Europe commune.

Aujourd'hui déjà, je peux vous inviter pour la deuxième partie de cette fête du jumelage du 28 au 30 juin 2013, à Auenwald, pour que nous puissions là-bas célébrer notre anniversaire avec de nombreux citoyens et associations d´Auenwald :

Nous serons tous très heureux si, l´année prochaine, un grand nombre d´amis de Beaurepaire viennent à Auenwald.

Merci beaucoup.


Déclaration finale


1. La Commission franco-allemande des élus locaux s'est retrouvée à Berlin les 20 et 21 janvier 2011, et ce à la veille de l'anniversaire de la signature du Traité de l'Elysée. Plus de 200 personnes ont participé aux travaux de la conférence annuelle de la Commission, instance de dialogue et de réflexion des élus locaux des deux pays, animée par le Rat der Gemeinden und Regionen Europas et l'Association Française du Conseil des Communes et des Régions d'Europe, et co-présidée par Reinhard Sommer et Sylvie Lenourrichel.

2. Les participants tiennent d'abord à exprimer leur gratitude à l'Ambassade de France et à ses collaborateurs pour le soutien apporté à l'organisation de la Conférence, qui n'aurait pu se tenir sans leur appui efficace et précieux.

3. La Conférence portait sur les thèmes de la redynamisation du mouvement des jumelages, sur les enjeux locaux du changement démographique, et sur l'ouverture du partenariat franco-allemand vers d'autres pays en Europe ou au-delà.

4. Les participants à la Conférence tiennent à réaffirmer l'importance fondamentale des jumelages et partenariats entre collectivités territoriales des deux pays qui permettent de faciliter les échanges et donc la compréhension entre les citoyens.
Les jumelages franco-allemands continuent de tenir une place essentielle dans le mouvement des jumelages en Europe et il convient de les renforcer.

5. Tout en restant fidèles aux principes fondateurs de ce mouvement, les participants estiment cependant qu'il convient de faire évoluer les jumelages afin de faire face aux nouveaux défis, et notamment la participation des jeunes, avec le soutien jamais démenti de l'Office Franco-Allemand pour la Jeunesse; et des publics défavorisés. Les jumelages doivent s'adapter et prendre en compte de nouveaux aspects liés à la mobilité, la formation professionnelle et les échanges économiques. De même, la question du renouvellement des équipes d'animation des jumelages doit être affrontée par les structures.

6. Parmi les pistes de réflexion à privilégier, les participants soulignent l'intérêt de développer des relations communes avec des collectivités de pays d'Europe Centrale et Orientale ainsi que de pays tiers, extérieurs à l'Union Européenne. Il s'agit notamment d'inscrire les jumelages et partenariats dans un cadre plus large de l'aide au développement et ce, en étroite coordination avec les politiques nationales.

7. Les participants insistent sur l'importance du maintien des programmes permettant de soutenir financièrement les jumelages et les échanges entre citoyens et appellent les partenaires à la vigilance compte tenu des perspectives financières de l'Union Européenne. De plus, ils soulignent que les procédures doivent être simplifiées.

8. S'agissant des relations entre la France et l'Allemagne, les participants à la Conférence souhaitent inviter les gouvernements nationaux à intégrer les initiatives des jumelages dans le processus de concertation politique entre les deux pays. La Conférence franco-allemande salue particulièrement " l'Agenda 2020 franco-allemand " que le gouvernement fédéral allemand et le gouvernement français ont élaboré en coopération et qui prend en compte le mouvement des jumelages. En outre, la Commission franco-allemande se réfère aux objectifs du Traité de l'Elysée de 1963 par lequel les deux Etats se sont fortement engagés.

9. La Commission franco-allemande tient enfin à rappeler que l'Union Européenne n'a pu progresser que lorsque la France et l'Allemagne partageaient une vision commune des défis à relever. Ils invitent donc les gouvernements des deux pays à se mobiliser en faveur de la Construction Européenne et à faire partager par les autres pays membres de l'Union cette mobilisation, seul moyen de faire progresser le sentiment européen et d'entraîner, par là-même, l'adhésion des citoyens.

10. Afin que les initiatives de la Commission franco-allemande soient mieux reconnues par la Commission Européenne, des conférences thématiques seront organisées à Bruxelles et approfondiront des thèmes pertinents et concrets pour les jumelages de villes et de communes.


 


Fête du Jumelage et Auenwald - Hocketse 2008


Discours de bienvenue du maire Karl Ostfalk lors de la fête du 20ième anniversaire du jumelage avec Beaurepaire,

Mesdames et Messieurs,

J'ai l'honneur de vous souhaiter la bienvenue au nom du conseil municipal et du Comité de Jumelage, ici dans la cour du Château d'Ebersberg. Je suis particulièrement heureux et honoré de pouvoir vous souhaiter la bienvenue à vous, M. Robert Antretter, membre d'honneur de l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe et ancien député du Bundestag,

Cher M. Antretter, aujourd'hui nous sommes spécialement heureux que vous soyez présent pour nous remettre, dans un premier temps, le drapeau d'honneur du Conseil de l'Europe, puis pour nous tenir votre discours, essentiel pour cette grande fête.

J'ai également le grand plaisir de souhaiter la bienvenue à notre député du Bundestag, M. Norbert Barthle de la CDU qui nous soutient toujours activement dans nos projets.

J'adresse aussi mes meilleures salutations et une bienvenue très cordiale à Philippe Mignot, mon nouveau collègue maire de Beaurepaire. Déjà lorsque vous étiez 1er adjoint au maire de Beaurepaire, vous avez fortement soutenu le jumelage.

Une bienvenue cordiale également aux anciens maires de la commune d'Auenwald, Messieurs Peter E. Friedrich, Jürgen Richter et Walter Schmitt.

Mes salutations cordiales s'adressent aussi aux membres du conseil municipal de Beaurepaire et d'Auenwald ainsi qu'aux membres des deux Comités de Jumelage, avec à leur tête les Présidentes, Mme Galfione et Mme Rückert, aux représentants des églises, des écoles, des associations, de la police, ainsi qu'à toutes les citoyennes et tous les citoyens de Beaurepaire et d'Auenwald.

Mesdames et Messieurs,

Il y a presque 21 ans, les signatures officielles du jumelage entre les communes de Beaurepaire et d'Auenwald furent apposées à Beaurepaire d'abord et, une année plus tard, à Auenwald, sur l'acte intitulé " Construire l'avenir ". Ce week-end-ci, nous voulons maintenant fêter solennellement le 20ième anniversaire, ensemble avec nos amis de Beaurepaire.

J'espère que vous avez tous fait bon voyage, que vous êtes bien installés dans vos familles d'accueil et que vous avez passé une bonne soirée hier à l'ouverture des festivités.

Maintenant, je laisse la parole à mon collège beaurepairos, Philippe Mignot.

 

Discours de Monsieur Robert Antretter
Membre d'honneur de l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe à Strasbourg à l'occasion de la remise du Drapeau d'Honneur du Conseil de l'Europe à la commune d'Auenwald
Dans de cadre de l'anniversaire du jumelage, le samedi 5 juillet 2008 dans la cour du château d'Ebersberg


Mesdames, Messieurs,


Le Conseil de l'Europe a de bonnes raisons d'accorder à la commune de Auenwald la haute récompense de la plus ancienne famille des peuples européens.

Votre commune entretient un jumelage vivant avec la ville française de Beaurepaire. Depuis 21 ans vous approfondissez ces relations fraternelles par des actions variées des deux communes, des associations et du comité de jumelage du coté d'Auenwald.

En plus du jumelage avec Beaurepaire, la commune d'Auenwald a des contacts avec la commune hongroise de Telki à coté de Budapest.

Vos activités dans le cadre du travail pour le jumelage ont beaucoup impressionné les parlementaires européens. Ceci vaut aussi bien pour votre œuvre continue depuis plus de vingt ans que pour les évènements récents.

Les parlementaires ont constaté avec plaisir que les professeurs de français étudient avec les élèves des écoles primaires des chansons de Noël comme " petit papa Noël " pour divertir chaque année les visiteurs du marché de Noël. Lors du dernier marché de Noël vous avez à nouveau fait la démonstration du travail accompli par les cours de français facultatifs dans les deux écoles primaires et montré que l'engagement des nombreux parents en vaut la peine ; car chaque année l'argent du marché de Noël sert à aider des œuvres sociales à Beaurepaire.

Afin que les élèves puissent approfondir leurs connaissances en français, ils partent régulièrement pour des échanges scolaires à Beaurepaire. Le comité de jumelage et la commune d'Auenwald financent ces échanges. Rien que pour cette contribution à l'approfondissement des échanges amicaux dès le plus jeune âge, nous vous devons remerciements et respect. Mais je suis sûr que le plus grand remerciement vous le recevez, vous les professeurs et tous ceux qui participent à cet effort, par les élèves eux-mêmes. Par exemple avec la simple phrase d'une écolière de 10 ans, qui à écrit : " je veux repartir en France ".

La coopération avec l'université populaire, qui propose des cours de français pour débutants et élèves confirmés, avec le soutien financier du comité de jumelage et de la commune d'Auenwald est impressionnante.

Les parlementaires ont été également impressionnés par le fait que vous parveniez à mettre en parallèle les différentes réalités de vie, de culture et de coutumes dans différents domaines et à en discuter, par exemple lors de la visite à Berlin en 2004 pendant laquelle vous avez pu, au point sensible de l'histoire de l'Allemagne récente, constater ou mène le manque de liberté et la dictature et quelles espérances une société libre peut engendrer.

Inoubliable pour les participants fut certainement la nouvelle rencontre avec les agriculteurs français en 2006 ici à Auenwald avec un échange de points de vue sur la profession, des visites et des discussions sur la politique agricole de l' Allemagne, de la France et de l'Europe.

Un point fort des vingt ans de votre jumelage fut sûrement la rencontre pour l'anniversaire du jumelage du 13 au 15 juillet 2007 à Beaurepaire. Avec deux cars vous vous êtes rendus en compagnie de 120 personnes à votre ville jumelée alors qu'un groupe du " Motorradclub Trailhof " avait passé la nuit sur le camping de Beaurepaire avant l'arrivée de la grande délégation. Des représentants du TSV Auewald, du " Motorradclub Auenwald " et de la chorale Val'Canto ont participé à un office religieux œcuménique célébré en commun à l'église Saint Michel, incitant le Maire Monsieur Nucci à parler d'un " feu d'artifice des émotions ".

Vous avez apporté une contribution particulière, cher Maire et chère Présidente du Comité de jumelage en posant une couronne au monument pour les résistants fusillés par la Wehrmacht et en évoquant avec émotion les évènements d'il y a plus de 64 ans. De la sorte vous avez, de façon symbolique, parcouru le chemin que nous ont tracé Konrad Adenauer et Charles de Gaulle, que Willy Brandt nous a montré en exemple dans le ghetto de Varsovie et dont Helmut Kohl et François Mitterand ont confirmé le bien-fondé en se tenant la main devant les champs de bataille de Verdun, comme un avertissement à ne jamais remettre en danger ce bien précieux qu'est l'amitié franco-allemande.

De fait, il a fallu un temps inimaginable, pour que l'idée d'une réconciliation européenne devienne réalité. Les efforts dans ce sens sont vieux de plusieurs siècles. Cette idée a 1166 ans. Les petits-fils de Charlemagne l'ont formulée en 842 dans l'Edit de Strasbourg en allemand, français et latin. C'était 384 ans avant que le château d'Ebersberg ne fut mentionné dans un document.

Ce qui est advenu par la suite, nous le savons à travers les livres d'histoire, beaucoup d'entre nous par leur propre vécu. Des siècles d'hostilités et de guerres.

Et aujourd'hui, dans la neuvième année du troisième millénaire, si nous regardons en arrière, force est de constater que le siècle dernier fut, comme aucun autre, marqué de crises, de conflits et de guerres. Il restera en mémoire comme une époque de guerres dévastatrices et de conflits perpétuels. Ils entrera aussi dans l'histoire comme un siècle durant lequel l'idée d'une cohabitation pacifique des peuples a pris forme. Le Conseil de l'Europe et les Nations Unies on été crées. Les droits de l'homme devinrent partie intégrante de la politique internationale.

" La paix n'est pas l'absence de guerre : la paix est une qualité, un état d'esprit, une propension au bien, à la confiance et à la justice ". C'est ainsi que l'a formulé le philosophe hollandais Baruch Spinoza, il y a plus de 300 ans.

Et le pape Jean Paul II disait que la guerre ne commence jamais d'elle-même, que la guerre entre les hommes commence par le non-respect du prochain, par les hostilités entre voisins, par le mépris envers les hommes d'autres pays ou d'autres races.

Le Conseil de l'Europe est issu de cette esprit il y a 59 ans de cela et il s'y sent lié aujourd'hui encore et pour l'avenir. L'Europe est la région du monde avec la plus grande diversité de langues, de cultures et de formes de vie. Pourtant elle se comprend depuis l'antiquité jusqu'à nos jours comme une unité qui est plus qu'une simple définition géographique. José Ortega y Gasset l'a formulé de façon plus pertinente que les autres : " si nous faisions aujourd'hui un bilan de nos possessions spirituelles, nous constaterions que la plupart d'entre-elles ne proviennent pas de notre pays respectif mais de l'héritage européen commun.En nous l'Européen prévaut sur l'Allemand, l'Espagnol, le Français. Quatre cinquième de nos possessions sont communes à l'Europe. "

Ce faisant, nous ne voulons pas dissoudre les états, ni réduire l'importance de la nation et de la patrie, ni amalgamer les peuples, mais nous voulons assurer la paix entre eux afin qu'ils puissent exercer leurs droits à la souveraineté dans le cadre d'une étroite et inaltérable coopération au sein de l'Union Européenne. A l'avenir, les peuples s'y reconnaîtront dans leur incomparable diversité.

Dans cette Europe, les tombes de part et d'autre des frontières, seront toujours présentes à notre esprit mais ne détermineront pas notre vie.

Vous les citoyennes et citoyens de Auenwald vous vous êtes efforcés depuis plus de vingt ans de contribuer à une Europe de paix et d'amitié. Votre travail pour le jumelage fait de vous une commune qui particulièrement à cœur de porter le rêve de paix et de liberté dans une Europe unie jusque dans la vie quotidienne des gens. Pour cette raison, vous avez déjà reçu pour les 10 ans du jumelage en 1998 le diplôme de l'Europe.

47 pays constituent le Conseil de l'Europe. Son rayon d'action va de Reykjavik à Bakou et de Séville à Vladivostok. Un milliard d'individus vivent dans cette partie du monde. Et les représentants à Strasbourg ont décidé unanimement de vous remettre la récompense que je vous apporte aujourd'hui.

C'est à vous que revient le drapeau d'honneur du Conseil de l'Europe que je vous remet, Monsieur le Maire en vous demandant de la transmettre à ceux qui mettent en pratique au quotidien les principes du Conseil de l'Europe, aux citoyennes et citoyens et tout particulièrement à la jeune génération de votre commune.


Les discours de Mme Ulrike Rückert,
Présidente du Comité de Jumelage Auenwald-Beaurepaire


Mesdames et Messieurs,
Cher M. Antretter, chers amis,

20 ans :
Quand nous avons décidé de faire paraître un livret du jumelage pour cet anniversaire et que nous avons commencé à parcourir les vieux documents et les Photos que les citoyens nous avaient prêtés, nous étions étonnés : ça fait déjà vingt ans ? C'était même déjà en 1981, avant le début du jumelage officiel ? 20 ans, ce n'est pas une période très longue, même pas vraiment une date de jubilé, cela ne commence qu'à 25 ans. Tout de même, c'est pour beaucoup d'entre nous une partie longue et essentielle de notre vie, qui a été remplie de ce jumelage. Il y a des familles qui vraiment se redent visite depuis 1981, qui au-delà de la distance de 748 km entre nos communes ont partagé cet espace de temps.
Auenwald et Beaurepaire avaient de la chance que des associations et des personnes individuelles aient commencé cette amitié : ils ont enflammé les officiels pour ce jumelage. Ce n'était pas la volonté politique de titulaires d'une fonction, qui se trouvait au début, mais l'amitié entre les hommes.
Mais comment cette amitié entre des inconnus, séparés par nationalité, langue et distance, peut-elle naître ? Chance heureuse ? Beau temps au moment de la première rencontre, comme il le fait aujourd'hui ? Les bonnes personnes au bon endroit et moment ? Comment est-il possible que le long des années, ceux qui veulent venir dans la commune jumelée trouvent des familles d'accueil, même s'ils ne parlent pas la langue de leur hôte ou vice-versa. Et comment, de ces familles d'accueil qui, au début, se faisaient peut-être des soucis à cause du manque de la possibilité de se parler, comment en sont devenues des familles liées en amitié ?
Il y a une explication transcendante et une intra terrestre : Au fond, c'est une merveille que cela se passe, que des hommes mélangés par le hasard se comprennent, gardent contact, deviennent des amis. Mais ce ne sont pas des hommes quelconques. Vous ! n'êtes pas des hommes quelconques ! Celui qui accueille un hôte - de temps en temps aussi plusieurs ! - chez lui, dans sa maison, dans sa famille, qui lui donne même les clés de la maison parce qu'on doit peut-être encore travailler - celui-là est quelqu'un d'extraordinaire !
Ainsi, je sui d'avis qu'il doit y avoir un " gène de jumelage ", possédé par quelques hommes - et par quelques-uns non. Et ce gène semble être extraordinairement répandu dans nos communes comme on peut le voir du grand nombre de nos hôtes et du grand nombre de nos familles d'accueil.
C'est typique pour les gènes qu'on ne sait pas encore qu'on les possède s'il n'y a pas quelqu'un qui nous l'indique. Cela m'amène aux personnes qui, une fois que le mouvement du jumelage avait démarré en ont pris la fonction motrice et qui j'aimerais remercier aujourd'hui. Présidents d'associations, moniteurs de jeunes, car au début, c'étaient les associations-mêmes qui ont pris en charge l'hébergement de leurs homologues. La forme la plus effective pour la propagation du " gène de jumelage ", c'est celle de bouche-à-l'oreille :
Par cette une association on en a gagné d'autres, les pompiers, les agriculteurs.
Ce qui fait que je suis portée à croire à l'explication transcendante c'est que, dans les deux communes il y ait eu des responsables qui, en même temps, avait également des postes à la commune ou l'ont encore : Je parle de l'amitié entre Patrick Clément, notre ami, mort hélas ! beaucoup trop tôt, moteur du jumelage à Beaurepaire et de notre 1er adjoint au maire comme dans le jumelage, Waldemar Fuderer. C'est à toi, cher Waldemar, que je veux remercier avant tous autres. Si chacun de vous levait la main dont le " gène de jumelage " fut mis au jour par M Fuderer, je crois, qu'il n'y aurait pas beaucoup de mains qui ne se lèveraient pas. Il connaît tous, sait tout et il possède une manière absolument convaincante et tout de même extrêmement douce de partager les joies du jumelage.
Des moteurs du jumelage étaient et sont encore nos maires, d'abord M Richter, et après vous, cher M Friedrich, membre d'honneur de notre Comité de Jumelage. Vous avez inlassablement tout fait pour la construction du jumelage. Sous votre égide, nous avons pu installer l'enseignement facultatif du français aux écoles primaires qui dure continuellement jusqu'à aujourd'hui. Hier soir justement, quelqu'un m'a présenté sa petite-fille, 1 (meilleur note allemande) en français qui, maintenait, a pris la fonction d'interprète dans la famille ! Pour vous, M Friedrich le jumelage était une affaire de cœur ! (" Gène de jumelage " d'une forme prononcée) Je vous remercie également, vous M. Ostfalk, de ce que vous soutenez notre jumelage dès le début de votre mandat. Vous fûtes tout de suite infecté par notre " gène de jumelage " et, comme médicalement ce n'est pas possible, vous devez déjà l'avoir apporté sous forme sommeillante. A vous, nous devons cette fête, pour sa préparation vous nous avez accordé tout soutien possible.
Du côté Beaurepairois, c'était pour 20 ans M. Nucci qui a fait avancer le jumelage et qui je veux très cordialement remercier aujourd'hui pour tout ce qu'il a fait pendant cette langue période. De ses côtés comme 1er adjoint depuis longtemps, aujourd'hui maire lui-même, Philippe Mignot, dont la mère a déjà participé au jumelage, il y a de longues années, et qui est venu à Auenwald encore très jeune et revenu dès lors. Nous le ressentons comme un grand bonheur que c'est justement vous qui allez continuer le jumelage officiel.
Des moteurs du jumelage, c'étaient bien sûr, les présidents des comités. Là, je remercie mon homologue Mme Monique Galfione représentant tous ceux qui ont œuvré en bon contact avec nous comme présidents avant elle du Comité ou des " Amis du Jumelage ". En la regardant vous voyez : le " gène du jumelage " vous grade jeune : Malgré les 20 années du jumelage, avec son mari et d'autres amis, elle a fait le trajet entre nos communes à bicyclette.
Je remercie les membres présidents des deux comités - chez nous c'est Kurt Keser comme vice-président et Manfred Packmor comme trésorier dès le début du Comité -. Mes sincères remerciements à tous les membres des Comités qui portent le mouvement par leur travail constant, engagé et fiable. Sans vous, aucune présidence ne peut réussir. C'est votre avis qui forme le travail, vous connaissez chacun différents citoyens de nos communes et vous savez ce qui est important pour eux. C'est par vous que nous avons une vraie base !
Merci aux enseignantes du français des écoles primaires, Mesdames Steinat, Ege, Wewerka ont enthousiasmé les élèves. Aujourd'hui, ce sont Mme Venturini qui, en même temps enseigne dans les cours de français pour adultes et qui est gagne les jeunes et les adultes par son rire et Mme Huberle. Margrit, tu préfères toujours rester dans la deuxième ligne tandis que tu fais une grande partie du travail, aujourd'hui j'aimerais te remercier tout officiellement.
En 199o, quand je fus élu Présidente du premier comité de jumelage, mon programme était modeste : pas un programme de politique européenne, c'étaient de petits pas que nous voulions commencer, des petits pas, mais des pas réalisables. Des échanges entre élèves ou entre apprentis c'est ce qu'on avisait. Moi, j'avais déjà pu participer très jeune à un des premiers échanges scolaires du temps après-guerre, ce qui a fondé mon amitié avec la France et les Français. Ce dont on fait l'expérience très jeune, reste dans la mémoire, le plus jeune le plus intensément. S'il n'y a peut-être pas de " gène de jumelage " dès la naissance, c'est ici qu'un tel se laisse fonder. Des petits pas sont souvent de grands pas.
Une mère qui avait accueilli deux enfants d'école primaire, raconte de son embarras quand l'un des enfants - quoique installés à deux copains - ne pouvait pas s'endormir parce qu'il était si loin de sa maman. Elle ne parlait pas le français. Alors, elle s'est dit, je vais essayer ce qui fonctionne aussi chez mes enfants à moi : Elle a cherché un livre d'enfants, en a lu - en allemand- .Et l'enfant s'est endormi. L'autre matin pas question de mal de pays. Cette mère a plus fait pour l'amitié entre les peuples que tous les discours officiels ne le peuvent. C'est de cette façon que fonctionne un jumelage !
Il y a un seul désir qui m'est resté malgré tous les pas petits ou moins petits réussis : que le jumelage Auenwald-Beaurepaire soit assuré aussi par des liens familiaux. Ce désir me fut rempli hier, juste à la fête des 20 ans du jumelage et j'ai la permission officielle de vous annoncer que Nadine Florl et Nicolas Fanjat vont se marier l'année prochaine, une fête ou le jumelage jouera un rôle dans un double sens. Toutes nos félicitations ! Que beaucoup d'autres couples suivent votre exemple pour que notre jumelage perdure encore longtemps dans les cœurs des hommes. Merci !